Passer au contenu
Estimez votre pourcentage d’endettement
Explorer les solutions
Rencontrer nos conseillers

04 avril 2012

Une étude intéressante vient d’être publiée par la Dre Janis Sarra de la Faculté de droit de l’Université de la Colombie-Britannique qui porte sur l’étude de 4 000 dossiers de faillite et de proposition de consommateur déposés en 2009 et 2010 à travers le Canada.

Causes des problèmes financiers :

La première constatation porte sur les causes des difficultés financières qui ont emmené ces personnes à consulter un syndic:

Insuffisance de revenus : 35 %
Chômage : 18 %
Surendettement : 12 %

 

Ces résultats ne sont pas surprenants. Le coût de la vie ne cesse d’augmenter et les deux revenus d’un ménage ont peine à suffire pour payer les dépenses courantes de la famille, sans parler des paiements mensuels sur un endettement qui, lui aussi, ne cesse d’augmenter.

Selon notre expérience, notre train de vie dépasse trop souvent notre revenu disponible, ce qui entraîne un accroissement lent mais constant de l’endettement. C’est ce qu’on appelle le « virus de l’endettement ». Il s’infiltre dans nos vies sans qu’on ne s’en rende compte.

Ampleur des dettes :

La deuxième constatation de l’étude porte sur l’endettement qu’on retrouve dans les dossiers analysés. La dette moyenne sur les cartes de crédit seulement était de 21 620 $! À un taux d’intérêt moyen de 19 %, cela représente plus de 342 $ d’intérêts par mois qui s’envolent en fumée! Même en ne payant que le minimum exigé par la carte de crédit (habituellement 3 % du solde par mois), c’est tout de même 648 $ par mois de paiement pour un seul type de crédit.

En effet, l’étude précise que 34 % des personnes retraitées, âgées de 55 ou plus, payaient encore une hypothèque. Le principe selon lequel on peut vivre avec moins de revenus à la retraite en raison de dépenses moins élevées est donc de moins en moins vrai. Ainsi, pour plusieurs personnes arrivant à l’âge de leur retraite, un travail à temps partiel est nécessaire pour combler leurs fins de mois.

Conclusion :

Notre société évolue très rapidement. D’un côté, la publicité nous dit que nous méritons ce qu’il y a de mieux, que nous devons profiter de la vie et de l’autre, notre système financier offre de nous prêter l’argent pour le faire !

La marge entre l’endettement et le surendettement est mince. Nous devons, plus que jamais, être prudents, être bien renseignés et faire preuve de retenue pour éviter de tomber dans le piège de l’endettement qui mène trop souvent au surendettement.

Vous pouvez obtenir sans frais une copie de l’étude complète en cliquant sur le lien «À quel prix? L’accès au crédit à la consommation au Canada après la crise financière»

Retour au blogue

1 877 777-AIDE

Appel sans frais et
consultation gratuite

Prendre rendez-vous en ligne

© 2017 Jean Fortin & Associés - Syndic autorisés en insolvabilité.