Covid-19 — Consultation à distance ou en personne dans le respect des mesures sanitaires de la Santé publique. — Prenez rendez-vous.

Il faut agir quand les dettes vous donnent le vertige

Rebecca, une jeune institutrice dans la trentaine, a peu à peu gonflé le solde de ses cartes de crédit qui atteint maintenant un total de 10,000$. À cela s’ajoute un prêt de 5,000$, contracté pour meubler son nouvel appartement. Cette dette lui a donné le vertige et elle a décidé d’agir.

Se sentant coincée et sachant fort bien que ses obligations financières n’iraient pas en diminuant, elle s’est résolue à demander des conseils à un bureau de syndic autorisé en insolvabilité. Sa plus grande crainte? Devoir faire faillite… Heureusement, ce n’est pas la seule option qui s’offrait à elle.

 

Faire un bilan

Le syndic l’a tout d’abord aidée à dresser un portrait de sa situation financière, puis à cerner, pour mieux les endiguer, les causes de ses difficultés financières, et enfin lui a proposé des solutions.

Il a d’abord constaté qu’avec un loyer de 800$ par mois et malgré un salaire annuel de 52,000$, Rebecca peinait à joindre les 2 bouts. Pour lui donner une bouffée d’oxygène, il lui a donc recommandé de réduire quelques postes de dépenses dans son budget, mais aussi de baisser son ratio d’endettement qui atteint actuellement 39%, soit la limite acceptable pour les institutions financières.

Pour s’attaquer à ses dettes, il lui a suggéré de demander un prêt de consolidation de 9,900$ à sa banque, afin de rembourser d’un seul coup ses 3 cartes de crédit. Ainsi, au lieu de devoir effectuer des paiements de 300$ par mois, le remboursement de ce prêt sur une période de 60 mois représentera des paiements de 230$. «Toutefois, nous n’avons pas inclus la dette de 5,000$ du prêt personnel, car le taux d’intérêt de celui-ci (environ 9%) est moins élevé que celui du prêt de consolidation (environ 13%). Cela n’aurait donc pas été avantageux pour elle», précise Pierre Fortin, syndic autorisé en insolvabilité, président de Jean Fortin et Associés. De son côté, le prêt personnel représente des versements de 210$ et il sera entièrement payé dans 27 mois.

Autre recommandation: ne conserver qu’une seule carte de crédit et annuler les 2 autres, pour éviter la tentation de consommer et s’endetter à nouveau. «Idéalement, on garde celle que l’on a depuis le plus grand nombre d’années, puisque plus un compte existe depuis longtemps, et mieux il est considéré dans le pointage de votre dossier de crédit», recommande Pierre Fortin.

 

Plan de remboursement

Avec ce plan de remboursement, Rebecca pourra récupérer progressivement une certaine marge de manœuvre financière, au fur et à mesure que ses dettes seront payées. En plus du prêt personnel (27 mois) et du prêt de consolidation (60 mois), la jeune femme doit aussi rembourser un prêt-auto (300$ sur 40 mois), pour un total de 740$. Elle devra donc se serrer la ceinture, surtout durant les 27 premiers mois, mais la situation demeure gérable.

Soulagée de ne pas avoir eu à faire faillite, Rebecca assure qu’elle suivra à la lettre les conseils du syndic. Ce dernier rappelle qu’à cause de l’accès facile au crédit, on peut se laisser facilement entraîner dans la spirale de l’endettement.

«On doit demeurer vigilant, et se rappeler que chaque fois que l’on dépense de l’argent qui ne nous appartient pas – le crédit –, cela représente un coût important en taux d’intérêt, et qu’il faut parfois des années pour s’en sortir», mentionne Pierre Fortin.

DETTES SOLDE TAUX D’INTÉRÊT PAIEMENTS MENSUELS
Visa 1,800$ 19% 55$
MasterCard 4,300$ 18% 130$ 
MasterCard 3,800$ 20% 115$
Prêt personnel pour achat de meubles (prend fin dans 27 mois) 5,000$

9% 210$
Total 14,900$   510$

 

ACTIFS VALEUR DÉTAILS
Automobile

12,000$ Prêt-auto – 12,000$, remboursement de 300$ pendant 40 mois 
Meubles 10,000$ (valeur à neuf) Insaisissable
REER 4,500$ Insaisissable