Skip to content
Jean Fortin - Syndic autorisé en insolvabilité
Estimate your debt percentage
Explore solutions
Meet our consultants

January 12, 2019

Le temps joue contre vous si vous êtes trop endetté

Tel que publié le 12 janvier 2019 dans Le Journal de Montréal par Emmanuelle Gril.

We are sorry, this article is not available in English.

Si le temps arrange souvent les choses, ce n’est malheureusement pas le cas pour les dettes. Charles et Marianne ont payé cher pour apprendre cette coûteuse leçon...

Tenter de remédier rapidement à une situation d’endettement peut faire toute la différence entre une solution simple et (presque) sans douleur, et un véritable naufrage financier. Parfois, un très court laps de temps, de trois à six mois à peine, suffit à faire complètement basculer une situation.

C’est ce qui est arrivé à Charles et Marianne, parents de deux enfants de 9 et 12 ans. Même si le couple a un emploi stable et gagne un bon salaire, il arrive tout juste à boucler son budget. En effet, la famille bouge beaucoup, et les jeunes font plusieurs activités sportives et parascolaires.

Avec tout ce va-et-vient, une deuxième voiture s’est vite avérée nécessaire, un poids supplémentaire sur les finances des parents. À cela se sont ajoutés deux imprévus : la réfection du toit de la maison et des traitements d’orthodontie pour l’aîné des enfants. C’est là que l’équilibre déjà précaire s’est rompu.

Agir... mais trop tard

Pendant six mois, Charles a jonglé avec deux cartes de crédit et avec la marge de crédit, espérant bien s’en sortir tout seul. Marianne savait bien que son conjoint ferait tout pour les tirer de ce mauvais pas, mais que, par fierté, il n’irait pas chercher d’aide. C’était d’ailleurs devenu un sujet de discussion épineux entre eux. Or, au bout de huit mois, avec des dettes accumulées de 32 000 $, Charles s’est avéré incapable d’effectuer les paiements minimums sur les cartes de crédit, et les créanciers ont commencé à se manifester.

« Ils ont téléphoné, envoyé des lettres, et l’un d’entre eux a fini par entreprendre un recours judiciaire », explique Pierre Fortin, syndic autorisé en insolvabilité et président de Jean Fortin et Associés.

C’est à ce moment-là que le couple a essayé d’obtenir un prêt de consolidation auprès de sa banque, mais il était déjà trop tard. « Le dépôt d’une demande en justice apparaît automatiquement dans le dossier de crédit, ce qui a évidemment un impact négatif sur le pointage de crédit. Résultat : la banque a refusé d’accorder un prêt, alors que, si Charles avait agi avant, il aurait sans doute pu consolider ses dettes », précise Pierre Fortin.

N’attendez pas

Comment savoir que l’on approche de la limite au-delà de laquelle il ne sera plus possible de redresser la barre ? Lorsque les factures s’accumulent, que l’on jongle avec les cartes de crédit ou même que l’on se sert de l’une pour effectuer le paiement minimum de l’autre : autant de signaux d’alarme qu’il faut prendre au sérieux, car, une fois que notre dossier de crédit sera entaché, il le sera pour longtemps.

Dans le cas de Charles et Marianne, ne pouvant plus obtenir un prêt de consolidation, ils ont finalement dû opter pour la proposition de consommateur. Celle-ci sera notée dans leur dossier de crédit, et ce, jusqu’à trois ans après avoir fini les paiements.

Parce qu’il a un bon revenu, le couple a remboursé la majeure partie du capital (30 000 $ sur un total de 32 000 $), mais, heureusement, les intérêts ont cessé de courir dès que la proposition a été acceptée par les créanciers. Les paiements mensuels sont passés de 800 $ à 500 $, et ce, sur une période de 60 mois, ce qui constitue une économie de 18 000 $ (en intérêts et en capital). De plus, cette entente leur a permis de respecter leur capacité de remboursement et de ne pas être pris à la gorge.

« Ne laissez pas votre orgueil influencer vos décisions, recommande Pierre Fortin. Charles a réalisé qu’il n’y a pas de honte à aller chercher de l’aide et que, s’il l’avait fait plus tôt, il aurait pu avoir accès à un plus large éventail de solutions. »

Situation financière

Revenus mensuels

  • Charles : 3 400 $/mois net
  • Marianne : 3 150$/mois net

Total : 6 550$

----------------------------------------------

Actif

  • Maison unifamiliale : 280 000 $ (solde de l'ypothèque : 235 000 $)
  • Voiture 1 : louée
  • Voiture 2 : valeur de 5 000 $
  • REER : 45 000$

----------------------------------------------

Dettes

  • Carte de crédit : 18 000 $
  • Prêt personnel : 14 000 $

Total : 32 000 $

 

Pour toutes questoins, n'hésitez pas à nous contacter.

 

 

April 29, 2016

Don’t reach your credit limit

Remember that just because your financial institution offers you credit does not mean you have to accept it.

Read More

Quick Diagnosis

Use this tool

Back to Blog

Consumer Choice Award - 3 consecutive years

1 877 777-2433

Toll free,
free consultation

Make an appointment online

© 2018 Jean Fortin & Associés - Licensed trustee in insolvency.