Skip to content
Jean Fortin - Syndic autorisé en insolvabilité
Estimate your debt percentage
Explore solutions
Meet our consultants

June 01, 2019

Son bateau de pêche fait couler ses finances

Tel que publié le 1ier juin 2019 dans Le Journal de Montréal.

We are sorry, this article is not available in English.

 

À l’approche des beaux jours, la tentation peut être grande d’acquérir un véhicule récréatif, un VTT ou un bateau. Mais avant de céder à la tentation, le récit des mésaventures de ces personnes vous fera réfléchir...

L’été est si court chez nous que lorsqu’il arrive enfin, on a envie d’en profiter pleinement, notamment avec un bateau de plaisance, un véhicule tout terrain ou récréatif. Parce qu’ils sont très onéreux, le recours au crédit constitue souvent la seule solution pour concrétiser son projet d’achat. Mais chaque année, des consommateurs mettent leurs finances en péril pour réaliser leur rêve. Avant qu’il ne soit trop tard, ils ont pris contact avec un conseiller du syndic autorisé en insolvabilité Jean Fortin et Associés pour les aider à retrouver un équilibre financier. Voici les histoires de quelques-uns d’entre eux.

 

Un bateau de pêche à 28 000 $

Jean-Paul, 76 ans, a toujours souhaité avoir son propre bateau de pêche. Il y a 10 ans, il a mis son projet à exécution en achetant un bateau neuf au prix de 28 000 $ plus taxes. À cela s’ajoute une prime d’assurance-vie qui lui coûte au total 2165 $. Il a contracté un prêt s’étalant sur 20 ans à un taux d’intérêt de 7,5 %, pour des paiements mensuels de 221 $.

Par conséquent, même avec un paiement comptant de 2850 $ à l’achat, le financement lui coûtera la rondelette somme de 25 000 $ au terme du prêt, soit presque autant que le bateau lui-même ! Avec une rente de retraite de 2500 $ par mois, Jean-Paul ne parvient plus à s’en sortir et doit déclarer faillite.

 

Une roulotte qui coûte cher

En 2016, Diane et Robert, un couple dans la quarantaine, décident de s’offrir une roulotte pour camper plus confortablement. Le prix d’achat est de 24 000 $ plus taxes, avec un prêt sur 19 ans à 6,75 % d’intérêt. Ils ont aussi souscrit à l’assurance-prêt de 4300 $ qui leur était proposée, soit 18 % du prix de vente.

Si on ajoute à ces montants les frais d’intérêt, on arrive à un total de 50 000 $, autrement dit, près de deux fois le prix initial. Après la perte d’emploi de Diane et les problèmes financiers qui en ont découlé, le couple a été contraint de faire une proposition de consommateur.

 

Un VTT d’occasion à gros prix

Adepte de VTT, Guillaume s’est offert en 2018 un Polaris « côte à côte » d’occasion pour la somme de 7800 $ plus taxes. Ayant eu des problèmes financiers par le passé, son mauvais dossier de crédit l’incite à passer par une compagnie de financement privé qui lui propose un prêt sur 36 mois à 29 % d’intérêt, assorti de frais de gestion de 600 $ et de frais de prélèvement de 10 $ sur chaque paiement hebdomadaire.

Sans trop que Guillaume s’en rende compte, c’est un montant supplémentaire de 1560 $ plus taxes qui s’ajoute à la facture initiale, avec des paiements mensuels totaux de 442 $.

Six mois après l’achat, il perd son emploi et doit rendre son VTT au marchand, faute de pouvoir continuer les versements.

 

CONSEILS

  • Soyez prudent si on vous demande de souscrire à des assurances lorsque vous contractez un prêt. Elles peuvent facilement représenter jusqu’à 15 % du prix d’achat. Un commerçant peut exiger que vous ayez une assurance, mais ne peut exiger que vous achetiez celle qu’il vous propose. N’oubliez pas non plus que des frais de financement s’ajoutent au coût de ces assurances, ce qui, bien souvent, multiplie par deux le montant initial.
  • Lisez attentivement le contrat avant de signer pour prendre connaissance des frais accessoires qui vous sont demandés et font grimper la facture inutilement : frais de préparation et de livraison, de gestion de dossier, plans de protection, etc.
  • Attention : un paiement mensuel ou hebdomadaire qui semble raisonnable peut cacher un prêt échelonné sur une période beaucoup trop longue, parfois même au-delà de la durée de vie du bien !
  • On vous propose un financement de « deuxième chance », car vous n’êtes pas admissible au crédit conventionnel ? Les frais d’intérêt très élevés de ce type de prêt vous coûteront extrêmement cher pour l’achat d’un bien qui, somme toute, est loin d’être essentiel.

 

 

May 21, 2018

Financial difficulties? Pay attention to the warning signs!

There is no clearer sign that you are having financial difficulties than a call from a collection agency!

Read More

Loan payment calculator

Use this tool

Back to Blog

Consumer Choice Award - 3 consecutive years

1 877 777-2433

Toll free,
free consultation

Make an appointment online

© 2018 Jean Fortin & Associés - Licensed trustee in insolvency.