Passer au contenu
Jean Fortin - Syndic autorisé en insolvabilité
Estimez votre pourcentage d’endettement
Explorer les solutions
Rencontrer nos conseillers

11 juin 2018

Les vacances d’été sont terminées. Même la rentrée est chose du passé ! Comme plusieurs Québécois, Mylène doit maintenant payer le solde de sa carte de crédit, alourdi non seulement par les dépenses estivales, mais aussi par celles de la rentrée scolaire de ses deux jeunes garçons.

Mylène se retrouve souvent seule à assumer ces périodes de pointe dans les dépenses familiales. Elle aimerait avoir de l’aide pour élaborer un budget qui lui permettrait d’éviter le stress et l’escalade des intérêts, car ces dépenses, portées sur sa carte de crédit, sont payées par paiements minimums sur une période de 4 à 5 mois.

Diviser… pour mieux régner !

Le meilleur truc ? Le bon sens de nos grands-mères ! À l’époque, une fois la paie reçue, l’argent était réparti entre les diverses dépenses (épicerie, loyer, achat de vêtements, etc.), puis placé dans des enveloppes séparées. Quand arrivait, par exemple, le moment d’aller faire l’épicerie, on utilisait l’enveloppe concernée et on s’organisait pour que la facture ne dépasse pas le montant qui s’y trouvait, voilà tout ! On évitait ainsi les risques de défoncer son budget...

Dans le cas de Mylène, il est évidemment trop tard pour mettre de l’argent de côté pour les vacances et la rentrée de cette année. La priorité pour elle ? Rembourser au plus vite le montant de 2 000 $ accumulé sur sa carte de crédit pour limiter les frais en intérêts et, ensuite, déterminer combien elle devra mettre de côté pour l’an prochain.

Ce montant, nous l’avons établi avec elle à 3 150 $. Sur une période d’un an, elle doit donc mettre de côté 120 $ à chaque paie.

Un système simple et efficace

Évidemment, on ne conserve plus son argent dans des enveloppes. Mais le même système peut facilement être mis en place par votre institution financière en programmant, à chaque paie, des transferts automatiques dans un ou deux comptes d’épargne. Ce système automatisé vaut pour toutes les grosses dépenses : réparations importantes à venir, rénovations, achat de pneus, remplacement de mobilier, congé parental, etc.

Pour les plus petites dépenses, par exemple les achats personnels au quotidien, essayez cette astuce : au début de chaque semaine, placez un montant fixe prédéterminé dans un compartiment séparé de votre porte-monnaie. À la fin de la semaine, s’il vous reste de l’argent, vous pourrez soit vous gâter pendant la fin de semaine ou, si vous êtes très motivé, garder le montant économisé pour une occasion spéciale.

Un arrêt au dépanneur par-ci, un cappuccino par-là, une revue en allant faire une autre course (non prévue) à l’épicerie peuvent représenter à la fin du mois des sommes non négligeables. Or, en ayant sur soi que le montant que l’on s’est autorisé à dépenser, nos « arrêts » risquent d’être beaucoup moins fréquents !

Si vous doutez de l’efficacité du système, essayez-le d’abord pour vos dépenses personnelles. Vous verrez comment nos grands-parents ont réussi à élever plusieurs enfants avec, bien souvent, un seul salaire, et sans recourir au crédit !

Retour au blogue

Choix du consommateur 2018 - 3 années consécutives

1 877 777-AIDE

Appel sans frais et
consultation gratuite

Prendre rendez-vous en ligne

© 2018 Jean Fortin & Associés - Syndic autorisés en insolvabilité.