Covid-19 — Consultation à distance ou en personne dans le respect des mesures sanitaires de la Santé publique. — Prenez rendez-vous.

5 choses à ne pas faire en ce temps de crise

Avec la crise reliée à la COVID-19, nombreux sont ceux qui ont perdu des sources de revenus. Vous éprouvez des difficultés financières? Voici 5 choses à éviter absolument pour ne pas aggraver votre situation.

1. Ignorer vos créanciers

Si vous éprouvez des difficultés à effectuer vos paiements (loyer ou hypothèque, cartes et marges de crédit, etc.), ne laissez pas la situation se dégrader. Sauf exception (ex: prêt étudiant), vos créanciers ne vous accorderont pas de délais si vous ne leur demandez pas. En attendant trop, certains d’entre eux pourraient rapporter vos défauts de paiement aux agences de crédit (Équifax et TransUnion), ce qui entachera votre dossier de crédit. Quand les choses seront rentrées dans l’ordre, vous serez non seulement endetté, mais votre pointage sera affecté pour six longues années.

2. Reporter tous les paiements possibles

Reporter des paiements, sans égard au taux d’intérêt de chaque dette peut être très dangereux, car vous risquez de vous retrouver à la fin du délai de grâce avec une montagne de dettes qui aura grossi au fil des mois. Il est tentant de ne pas acquitter ses factures (taxes municipales, électricité, impôts, hypothèque, prêt-auto) si vos créanciers l’autorisent, mais rappelez-vous que ce ne sont pas des cadeaux! De plus, si l’argent que vous avez économisé en ne payant pas ces comptes est utilisé à d’autres fins que des besoins essentiels, le réveil sera brutal à la sortie de la crise. Voyez aussi nos articles «Gérer ses dépenses en temps de crise: ces paiements que vous pouvez reporter» et «Reporter ses paiements hypothécaires: Bonne ou mauvaise idée?» pour prendre des décisions éclairées.

3. Ne pas revoir ses dépenses

L’ennui vous pousse à surfer sur Internet et à faire des achats pour des biens non essentiels? Pensez-y: vos revenus réduits ne pourront pas suivre le rythme et une situation d’endettement extrême vous guette. Si vous avez perdu votre emploi, vous pouvez utiliser notre outil budget en ligne pour revoir vos dépenses.  Si vous avez la chance de l’avoir conservé, profitez des réductions de dépenses imposées par le confinement (restaurants, magasins, essence, etc.) pour accélérer le remboursement de vos dettes en commençant par celles à haut taux d’intérêt. 

4. Paniquer et décaisser vos placements et vos REER

Avec l’effondrement boursier, plusieurs ont décidé de se retirer du marché, par peur de perdre leurs épargnes. Pourtant, selon les professionnels du domaine, la pire chose à faire dans ce type de situation est de sortir ses placements. Ce faisant, on encaisse les pertes immédiatement et surtout on ne pourra pas profiter du rebond que connaîtra probablement la Bourse dans quelques semaines ou quelques mois. Il en va de même pour vos REER: dans la mesure du possible, évitez de les décaisser pour ne pas avoir à payer la facture d’impôt.

5. Se décourager

Votre moral baisse au rythme de votre compte en banque et vous ne voyez pas le bout du tunnel, vous restez devant votre écran d’ordinateur ou de télévision à regarder les nouvelles en continu toute la journée sans pouvoir prendre la moindre initiative… Pensez plutôt à «l’après», parce qu’il y en aura un! Pendant la période de transition, profitez-en pour faire le point en mesurant la santé de vos finances, pour concrétiser des projets que vous n’avez pas le temps de réaliser habituellement, faire un grand ménage de printemps ou planifier un potager par exemple. Téléphonez à vos proches et vos amis, c’est le bon moment pour resserrer les liens, même à distance.

Nous sommes toujours disponibles pour répondre à vos questions et vous aider à prendre les bonnes décisions sur vos finances au 1 877 777-2433.