Covid-19 — Consultation sans frais à distance (vidéo ou téléphone) ou en personne (dans le respect des règles sanitaires), selon votre préférence. — Prenez rendez-vous.

Statistiques du taux de délinquance de l'endettement au Québec

Le Québec: Premier de classe!

On commence à s’habituer à voir le Québec en tête de peloton au niveau économique. Et cette période de sortie de crise ne fait pas exception.

Selon les données publiées récemment par Équifax Canada, c’est au Québec qu’on note le plus bas taux de délinquance pour les dettes non hypothécaires. En effet, alors qu’on enregistre au Canada un taux moyen de délinquance de 1% pour cette catégorie de dettes, le Québec n’affiche un taux que de 0,6%. De plus, c’est au Québec qu’on a remarqué la plus forte baisse du taux de délinquance pour les prêts hypothécaires, soit une baisse de 46% alors qu’au Canada, la baisse moyenne est de 33%.

Qu’est-ce qui explique ce phénomène?

Les derniers chiffres publiés par Statistiques Canada(1) font état d’un taux de chômage au Québec de 5,8% comparé à 7,6% pour l’Ontario et 7,1% pour le Canada. La seule province qui nous devance est le Manitoba, mais par seulement un dixième de point. C’est la preuve que quand l’emploi va, tout va!

Comme facteur additionnel, bien que la valeur des maisons ait augmenté pendant la pandémie de 25% et plus dans la plupart des régions du Canada, les frais d’habitation des Québécois qui étaient propriétaires de leur maison avant la hausse, étaient malgré tout, parmi les plus bas au Canada. L’importance des paiements hypothécaires et de taxes pèsent ainsi très lourdement dans le budget des consommateurs, particulièrement dans les provinces de l’Ontario et de la Colombie-Britannique, ce qui affecte leur capacité de remboursement.

Qui plus est, la baisse importante des taux d’intérêts pour les hypothèques ont eu un impact très avantageux pour tous ceux ayant une marge de crédit hypothécaire, une hypothèque ouverte ou qui ont récemment effectué un refinancement. En 2018, Équifax Canada a d’ailleurs remarqué que lorsque les taux d’intérêts augmentaient, les paiements sur cartes de crédit diminuaient, surtout parmi les détenteurs d’une marge de crédit hypothécaire.

En revanche, pour la première fois depuis le début de la pandémie, Équifax Canada a constaté une augmentation de 2,2% dans le solde des cartes de crédit au deuxième trimestre 2021 par rapport au trimestre précédent. Bien que cette hausse semble peu importante, c’est tout de même une première depuis 18 mois et peut-être le début d’une reprise du cycle de l’endettement dans lequel nous étions engagés jusqu’en février 2020.

De même, toujours selon les données d’Équifax Canada(2), l’octroi de nouvelles marges de crédit hypothécaire au pays a connu un bond important de 56,7% au cours du deuxième trimestre 2021 par rapport à un deuxième trimestre 2020 plus calme. Le prix des maisons et les bas taux d’intérêts y sont certainement pour quelque chose.

Nous pouvons être fiers que la situation financière de bien des Québécois et Canadiens se soit améliorée, mais nous devons être prudents pour ne pas tomber dans le même piège de la spirale de l’endettement, surtout à l’approche d’une hausse possible des taux d’intérêts au cours de 2022.

[1] Statistique Canada. Tableau 14-10-0287-03 Caractéristiques de la population active selon la province, données mensuelles désaisonnalisées
[2] Equifax Canada Co. Q2 Quarterly Consumer Credit Trends Report