Covid-19 — Remote consultation, by phone or videoconference. — Book an appointment.

Une semaine de vacances… 4 ans pour la rembourser!

Les vacances, on en a tous besoin. Malheureusement, elles devien­nent la plupart du temps une source d’endettement. Maryse et Stéphane en savent quelque chose.

Si l’on ne planifie pas ses dépenses et si l’on choisit de tout payer à crédit, le retour d’un congé bien mérité peut devenir un véritable cauchemar financier. Maryse et Stéphane l’ont appris à leurs dépens lorsqu’ils ont décidé de s’offrir une semaine de vacances dans un tout inclus avec leurs enfants et un couple d’amis.

 

Plein de bonnes raisons de partir

Si les 2 familles sont parties ensemble, en revanche elles n’avaient pas les mêmes moyens financiers. En effet, Stéphane est resté sans emploi pendant une longue période, ce qui a mis le budget du couple en péril. En fait, ils commençaient à peine à prendre le dessus sur les dettes qu’ils avaient accumulées pendant cette période de chômage.

Mais comment résister à la pression des enfants qui se réjouissaient à l’idée de passer des vacances de rêve avec leurs amis?

Maryse et Stéphane invoquent toutes sortes de bonnes raisons pour justifier leur choix: Cuba est la moins cher des destinations; puisqu’il s’agit d’un tout inclus, il n’y aura pas d’autres frais; les enfants méritent une récompense après leur bonne année scolaire… Bref, on n’a qu’une vie à vivre et on se débrouillera pour rembourser les dettes très rapidement une fois de retour à la maison.

 

Taux d’intérêt à 20%

Au départ, le voyage a coûté 3,900$: il a été payé avec la carte de crédit du couple, à un taux d’intérêt de 20%. Une fois sur place, avec les frais liés aux activités, à l’achat de souvenirs et autres extras, 1,200$ se sont ajoutés à ce montant.

«En fin de compte, les conjoints se sont retrouvés avec une dette de 5,100$. Pas question pour eux de ne rembourser que le minimum suggéré par la carte de crédit, soit 3% du solde. Car à ce rythme, il leur faudrait 18 ans pour y parvenir et il leur en coûterait 6,000$ en intérêts», mentionne Pierre Fortin, syndic autorisé en insolvabilité, président de Jean Fortin et Associés.

Maryse et Stéphane décident donc de se serrer un peu la ceinture, mais de faire des paiements mensuels fixes de 150$, ce qui fera passer à 4 ans le délai de remboursement et réduira les intérêts à 2,500$.

 

Un pensez-y-bien

Certes, les voyages créent de beaux souvenirs, mais si la seule façon de pouvoir se les offrir est la carte de crédit, la peine en emporte le profit.

«Les gens se disent qu’ils vont rembourser le plus vite possible, car ils savent bien ce qu’il en coûte en intérêts. Mais bien souvent, des dépenses imprévues viennent bousculer leurs bonnes résolutions et c’est là qu’on perd le contrôle de son endettement», prévient Pierre Fortin.

Payer pendant 4 ans pour quelques jours de plaisir: le jeu en vaut-il vraiment la chandelle?

 

Conseils

  • Mettez de l’argent de côté en prévision de votre voyage. Prévoyez-le longtemps à l’avance et il vous suffira d’économiser quelques dizaines de dollars par paye pour parvenir à vos fins.
  • Même dans un tout inclus, il y a généralement des dépenses supplémentaires à prévoir. Incluez-les dans votre budget vacances.
  • Pour réduire les frais, profitez du chalet familial si c’est possible, ou optez pour le camping. Les enfants adorent ça!
  • Vous ne pouvez pas résister à l’attrait de ce voyage? Dans ce cas, ayez recours à un instrument de crédit moins coûteux que la carte de crédit. Une marge de crédit, par exemple. À 8% d’intérêt, l’aventure aurait coûté 700$ en intérêts, plutôt que 2,500$ à 20%.